Challenge Naomi Titov : L'Amour et le Modèle d'Elisabeth

Ah l'amour.... Thème de prédilection dans de nombreux livres qui a d'ailleurs donné naissance à son propre style de roman. Les romans à l'eau de rose comme on les appelle sont devenu une institution et reste une valeur sûre de la littérature.




Mais pas que... Il y a bien sûr l'histoire d'amour classique entre personnes mais il y a aussi la relation d'amour qui peut s'établir avec à peu près n'importe quoi. Et ça aussi on en parle dans nos écrits.


Ainsi on peut aimer son métier, sa voiture, sa passion pour une activité créative, ... On peut aimer une ville, un restaurant, un personnage fictif ou réel, .... On a que l'embarras du choix.


Dans le défi que je vous ai envoyé hier, je vous demande justement d'exploiter cette possibilité d'aimer avec un grand A de manière originale. D'en faire un récit, inattendu, original, qui sort un peu des sentiers battus des histoires d'amour classiques.


Aujourd'hui j'aimerais aborder le thème de l'amour sous un angle un peu différent c'est-à-dire en le considérant comme un "choc". Cela peut être le choc de la rencontre, le choc de la rupture, le choc de l'adéquation de la rencontre et le choc de l'inadéquation de la relation. Quand dans vos livres, par exemple, vous faites vivre une rencontre ou une rupture à vos personnages, vous pouvez l'aborder de différentes façons.


Ici je voudrais vous parler d'Elisabeth. Pourquoi ? Et bien parce que ce modèle peut s'appliquer à tout choc que subissent vos personnages ou vous-même. Je me suis donc dis que cela pourrait vous être utile de le connaître tant dans la rédaction de vos récits que dans votre vie personnelle et affective.




Elisabeth Kübler-Ross est née en juillet 1926 en Suisse. Elle est décédée en 2004 aux Etats-Unis. C'est une psychiatre, pionnière de l'approche des soins palliatifs pour les personnes en fin de vie. Elle s'est aussi intéressée aux expériences de mort imminente.


Mais elle est aussi connue pour sa théorie concernant les différents stades émotionnels par lesquels passe une personne qui apprend qu'elle est condamnée (le modèle Kübler-Ross).


Si vous voulez en savoir plus c'est par ici


Mais quel rapport avec l'amour ?


J'y viens... En fait, Elisabeth et surtout ses condisciples, se sont rendu compte qu'on pouvait appliquer ce modèle à toute personne qui subit un choc. Que ce soit, une nouvelle relation, une rupture, une bonne ou une mauvaise nouvelle, un accident de voiture voire même un petit accident ménager, vous êtes susceptible de passer +/- rapidement par ces différents stades émotionnels.



Présentation des différents stades sous l'angle du cheminement intérieur.


Mais quels sont ces fameux stades :


Le Déni : lors de la rupture, par exemple, votre personnage va essayer de nier ce qui est arrivé, par la pensée, par la parole, par des tentatives désespérée de nier l'évidence. Phrases possibles : "C'est pas vrai ! C'est pas possible ! J'y crois pas ! Comment ça a pu m'arriver ?" A noter que votre personnage ou vous-même pouvez émettre ces phrases pour un événement positif également.




La Colère : c'est la deuxième phase. Très importante car elle permet de se décharger émotionnellement. Maintenant c'est sûr qu'on ne peut pas se décharger sur les autres en leur donnant des "coups de boules" . Non. Et la colère peut être silencieuse, froide, ... Votre personnage peut décider de s'isoler ou au contraire exploser. Notre société ne gère pas bien les manifestations de la colère, ... D'ailleurs la plupart des parents espèrent ne pas avoir un enfant colérique. Et quand un enfant est en colère en public c'est une honte pour les parents. Or la colère est nécessaire, il faut juste s'arranger pour qu'elle ne soit pas dirigée vers les autres et paradoxalement pas vers vous non plus car ça peut vous détruire de l'intérieur. Alors comment faire ? Si c'est par rapport à vous, trouver une autre activité qui vous permette d'exprimer le stress de votre colère de manière acceptable : marcher, parler calmement à une personne de confiance, écrire, lire, faire du sport, créer, ... Le principe est de se libérer de cette colère pour qu'elle ne reste pas en vous...ou dans votre personnage (sauf si vous en faites son histoire).


Le Marchandage : lors d'un choc, votre personnage (ou vous-même) pourriez être amené à négocier la situation. Vous voulez en changer les caractéristiques, revenir en arrière ou partir en avant, changer les données, ... On pense inconsciemment que cette négociation va permettre de modifier les faits/événements en notre faveur ou les faire disparaître, ou les rendre encore meilleurs (le gagnant au loto qui dit qu'il aurait pu gagner plus - l'amour éconduit qui essaie de se persuader que c'est une phase et qu'en tout cas ce n'est pas de sa faute...)