top of page

La procrastination de l'écrivain.e


Coucou les inspiré.e.s,


Une douce musique dont je vous mets le lien ici https://youtu.be/lCOF9LN_Zxs.

Une tasse de thé vert matcha menthe poivrée de chez Yogi Tea.

Mon PC et mes notes écrites.

Un sofa bien confortable avec non pas un mais deux plaids moelleux et doux.

Et une habitation pour une fois vide de tout être humain à part moi.

Je sais ce que vous vous dites, il manque un chat mais désolé, je n’en ai pas, je me persuade que je suis allergique pour ne pas succomber au fait d’en avoir un.



Voilà j’ai tout ce qu’il me faut pour écrire un nouvel article avant de continuer la rédaction de mon roman et pourtant. Bon l’article, je vais l’écrire puisque vous êtes en train de le lire mais souvent je procrastine l’écriture de mon roman. Pourquoi ? Cela pourrait être une question à se poser. Cela m’a en tout cas donné l’idée et l’envie d’écrire un article qu’heureusement pour vous, je n’ai pas remis à demain.


La Procrastination, qu’est-ce que c’est ?

Ça pourrait se résumer par la simple phrase : « C’est remettre à demain ce qui pourrait être fait aujourd’hui. » Mais c’est un peu plus complexe que ça pour moi. C'est vraiment tout un processus conscient ou inconscient qui peut même dans certains cas extrêmes mener à de gros problèmes dans la vie de tous les jours. La procrastination peut donc être le signe d'un trouble psychologique sous-jacent comme la dépression par exemple. D'ailleurs, j'ai remarqué qu'en tout cas dans ma vie privée (dans la vie professionnelle ça va), je procrastine plus avec tout ce qu'il se passe pour le moment. Ménage, grand rangement, et mes romans, voilà mes principales sources de procrastination.

Pourquoi procrastine-t-on ?


Il peut y avoir toute une série de raisons dont certaines peuvent parfois nous sembler farfelues. Vous vous souvenez le fameux : "J'ai poney !" qu'on peut placer un peu quand on veut pour s'excuser de ne pas avoir fait quelque chose.


Voici quelques raisons qui peuvent concerner les auteur.e.s mais pas seulement :

  • L'indécision et l'hésitation

On hésite, on hésite et finalement on ne fait rien. L'hésitation et l'indécision peuvent concerner beaucoup de choses quand on écrit, du nom des personnages jusqu'à la façon de les faire disparaître ou tomber amoureux. Le lieu du récit mais aussi et surtout les différentes parties de l'intrigue. Par exemple, j'ai plus de mal avec les descriptions de lieux et j'ai dès lors souvent tendance à les reporter, tant et si bien que je me retrouve à la fin de mes manuscrits avec pleins de lieux à développer. Et je ne vous dis pas ce qui se passe dans ma tête et dans mon cœur quand je dois décider du titre.



  • La fatigue ou le manque d'énergie voire de motivation

Bon il faut l'avouer, je suis une couche tard, très tard. Et parfois j'accumule le manque d'heures de sommeil ce qui fait qu'à un moment immanquablement je vais ressentir ce qu'on appelle couramment un immense "coup de pompe". A ce moment-là, plus rien ne va. Mon cerveau s'arrête littéralement et plus rien ne sort de ma tête, de mon cœur et donc de ma plume. En général, j'arrête tout pour aller faire une sieste quand j'en ai la possibilité. Bien sûr, impossible d'écrire si je suis malade ou si mon moral est bas. J'adore l'expression du poète Charles Baudelaire qui parle de "Spleen" dans les "Les Fleurs du Mal". Cette sorte de mélancolie qui nous donne juste envie de regarder par la fenêtre, la pluie qui s'écrase contre celle-ci, enveloppé dans un plaid bien chaud en sirotant un bon chocolat chaud.



Dans le processus d'écriture, on peut avoir diverses motivations et aussi des activités qui nous plaisent plus que d'autres. L'idéal c’est de bien alterner ce qu'on préfère avec ce qu'on aime moins, sinon notre enfant intérieur envoie tout valdinguer.

  • L'ennui

C'est un peu comme le manque de motivation. Ecrire un livre est un processus long et lent. On peut parfois se lasser de ses personnages et de son intrigue. C'est pour cela que je me suis mise à écrire plusieurs livres en même temps mais je ne sais pas si c'est l'idéal car du coup, cela m'en fait au moins 5 qui sont à des degrés divers d'avancement et que je dois terminer. Le pire c'est que j'ai toujours de nouvelles idées qui me donnent envie de créer de nouveaux projets.

  • Les difficultés rencontrées lors du processus

Ecrire n'est pas un long fleuve tranquille. Si le processus d'écriture se passe relativement bien, on va voir surgir les obstacles au moment de l'édition, de la diffusion, de la publicité, ... Et c'est là déjà fatigué par l'écriture du livre qu'on peut décider de ne pas/plus se relever. Je me souviens avoir écrit un projet de livre, j'étais emballée, super enthousiaste. J'avais déjà réalisé le "squelette" du livre quand en regardant un dessin animé japonais, je me suis rendue compte que mon sujet y était abordé. Bon bien sûr ce n'était pas exactement la même chose mais moi qui trouvait mon sujet si original, ça m'a forcément asséné un coup de massue. Du coup, j'ai laissé le projet de côté. Ça fera 3 ans aujourd'hui.


Quand on écrit, on est pas toujours encouragé par son entourage. Ils ne comprennent pas toujours notre démarche, nous demandent sans cesse, quand vas-tu faire un véritable métier ? Parfois ils changent d'avis quand ils lisent nos premiers romans ou plus trivialement quand les premiers chèques de droits d'auteurs tombent.

C'est pour cela que de plus en plus d'auteur.e.s font appel à une tierce personne pour les aider dans la dernière partie de la course. C'est un des rôle que je tiens, en plus de mon rôle de bêta lectrice, j'attache beaucoup d'importance à la motivation des personnes que j'accompagne. On franchit ensemble la ligne d'arrivée (même si c'est surtout eux qui ont couru la plupart du temps). Heureusement, il existe aussi des entourages très porteurs, des ami.e.s qui n'y connaissent rien mais qui vous encouragent quand même avec beaucoup d'enthousiasme.

  • L'hyperactivité

Savez-vous que l'hyperactivité peut mener à la procrastination ? En effet, courir dans tous les sens et faisant pleins d'activités dans des domaines très différents fait qu' on survole l'ensemble de ces activités sans aller en profondeur. Cela entraine plus de risque de se tromper puisqu'on ne maîtrise pas complètement la matière mais aussi plus de risque de ne jamais terminer, car on est sur tous les fronts. Il faut parfois dire "STOP", s'arrêter et réfléchir à ce qui est prioritaire et essentiel. Sans quoi comme dans la chanson d'Elton John, on risque de brûler la chandelle par les deux bouts.

  • Une vision erronée des objectifs et de la ligne d'arrivée

Je pense que déterminer au tout début des objectifs SMART est essentiel. Cela permet aussi de suivre l'évolution du projet et éventuellement de les modifier si c'est nécessaire.



Parfois on procrastine parce qu'on a la trouille de passer la ligne d'arrivée. Publier un livre, savoir qu'il va être lu par "tout le monde" reste une grande épreuve. La peur du jugement, des critiques peut générer une angoisse qui fait qu'on va retarder l'issue du processus d'écriture. Commencer à écrire un livre est facile mais aller jusqu'au bout, c'est vraiment compliqué.


Alors comme éviter de procrastiner ou en tout cas en diminuer les effets néfastes,

voici quelques pistes :

  • Il y a une méthode anglophone la méthode MoSCow qui permet de prioriser les besoins et les exigences. Cette méthode bien qu'elle soit au départ destinée au développement de logiciels peut très bien s'adapter aux auteur.e.s. Cette méthode permet également par rapport aux priorités de respecter les délais.

L'acronyme de MoSCow correspond à :


M - Must have ou parfois Must do - c'est ce qui doit absolument être fait car c'est vital à l'écriture de votre œuvre. Et là il est important de directement les noter sous forme de RV à soi-même.


S - Should have ou Should do - c'est ce qui devrait être fait dans la mesure du possible. Par exemple dans votre processus de création d'une œuvre littéraire, il est possible que certaines tâches soient confiées à d'autres personnes. Mais ça aussi il ne faut pas le procrastiner et par exemple, chercher les coordonnées de ces ressources externes dès le début du processus.


C - Could have ou Could do - c'est ce qui pourrait être fait dans la mesure où cela n'a pas d'impact sur les autres tâches (confort) - Ce sont en général les tâches qu'on préfère mais qui ne sont pas toujours les tâches les plus importantes dans le processus


W - Won't have ou Won't do - c'est ce qui ne sera pas fait du tout ou pas cette fois ou plus tard. Par exemple : la vérification orthographique. On va écrire sans s'en préoccuper pour ne pas couper son élan créatif et on y reviendra plus tard ou peut être qu'on trouvera quelqu'un pour le faire.

  • Diminuer l'anxiété

Bien sûr pour cela il y a des méthodes classiques comme la méditation, la sophrologie, le yoga mais il est également important d'augmenter sa confiance en soi (l'action) et son estime de soi (comment je me vois réussir). On peut aussi interviewer un.e autre auteur.e pour voir comment il/elle est allé.e jusqu'au bout du processus. Idéalement il faut trouver un motivateur parmi vos ami.e.s ou faire appel à un.e professionnel.le (comme moi).

  • Arrêter de vouloir trop bien faire

"La perfection n'est pas de ce monde" comme l'on dit plusieurs personnes plus ou moins célèbres. A vouloir trop bien faire, on ne fait rien. Parfois, il faut juste "oser" et oser tout de suite !

  • Faire des planning et se donner des RV

La gestion du temps a une très grande place dans le processus de procrastination. D'ailleurs si vous demandez à un "procrastinateur" pourquoi il n'a pas agi, il vous dira souvent, je n'ai pas eu le temps. Donc, il est important de se créer des RV pour certaines tâches, d'évaluer avec exactitude le temps nécessaire pour réaliser d'autres tâches et de faire des listes de "choses à faire" pour avoir une vue d'ensemble de toutes les tâches, éventuellement en déléguer quelques-unes et pouvoir surveiller l'état d'avancement des projets.

  • Lire sur le sujet

Je vous conseille un livret planning par mon amie Marie Motivation :


Et pour s'organiser au quotidien avec une dose de "je me sens bien" et d'optimisme, je vous conseille le Joyeux Journal de Mathou

Voilà j'espère que cet article pourra vous aider à moins procrastiner. N'hésitez pas à témoigner en commentaire de votre propre expérience et de vos éventuels trucs et astuces.


Comme chaque mois depuis mars, j'organise le Challenge d'écriture Naomi Titov. Au menu divers défis qui vont vous permettre d'améliorer vos capacités d'écriture ou simplement de vous amuser. L'écriture permet également de se libérer des émotions négatives et je pense qu'on en a bien besoin pour le moment. Ce Challenge est bien sûr gratuit. Il vous suffit pour vous inscrire de m'envoyer un mail avec la mention "Je participe" sur naomititov@gmail.com

Jusqu'à présent près de 80 personnes différentes ont au moins participé à une des éditions du Challenge.



Et si vous voulez un peu d'aide pour rester motivé jusqu'à la fin de vos projets que ce soit un projet d'écriture ou un autre projet personnel ou professionnel, n'hésitez pas à faire appel à mes services. Nouveau : mon activité de bêta-lectrice. Vous pouvez trouver tous les détails sur mon site www.naomititov.com/offresdeservices


Vous pouvez aussi pour augmenter votre confiance en soi et votre estime de soi, participer à l'un des 4 programmes, 30 jours pour 30 exercices sur des thèmes de développement personnel. Les thèmes sont : les Lois de l'attraction, la philosophie Toltèque, la Dépendance affective (ceux qui aiment tout trop) et l'Estime de Soi.


Jusqu'au 31 janvier 2021, bénéficiez d'une réduction de 10% sur l'ensemble de mes services en utilisant le code 900JAIME à la fin de la réservation au moment du paiement. Si ça ne fonctionne pas ou pour tout renseignement, n'hésitez pas à me contacter.


Bonne soirée et à bientôt

Naomi








Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page